10 questions fréquemment posées sur le coffrage de murs (première partie)

1

Le coffrage vertical industrialisé est devenu un élément courant du processus de construction des structures en béton coulé sur place. Il permet des cycles de production rapides et bien définis, garantissant une plus grande sécurité aux opérateurs dans les phases de montage, de bétonnage et de décoffrage, par rapport aux coffrages traditionnels.

Il est possible que des doutes ou des questions surgissent lors de son utilisation. Il est simple à utiliser, mais certains aspects techniques doivent être pris en compte.

Jetons un coup d’œil aux 10 questions les plus fréquemment posées sur le coffrage de murs !

1.- Quelle est la hauteur maximale autorisée pour le remplissage ?

La hauteur maximale de bétonnage des murs avec un coffrage industrialisé dépend de nombreux facteurs :

  • Pression maximale de conception : Chaque type de panneau a été conçu pour une résistance maximale à la pression. Les coffrages industrialisés sont généralement conçus pour des pressions maximales comprises entre 40 et 80 kN/m².
  • Fluidité du béton utilisé : Les bétons plus liquides génèrent des pressions plus élevées. Une attention particulière doit être accordée à l’utilisation du béton autoplaçant “SCC”. (voir question n° 7).
  • Temps de remplissage : Une vitesse de remplissage du béton plus élevée génère une pression plus forte sur le coffrage. Lors de l’utilisation de bétons plus fluides avec des hauteurs importantes, il est essentiel de maintenir une faible vitesse de remplissage, que le fournisseur du coffrage doit indiquer dans des tableaux dédiés.
  • Température extérieure : elle exerce une influence sur le durcissement du béton, plus la température est basse, plus le temps de prise est long et plus l’exposition du coffrage à la charge est importante.

Un autre facteur à prendre en compte est la vibration du béton, la vibration du béton fluidifie le béton en maintenant des pressions et en retardant la prise du béton, les vibrations profondes peuvent soumettre le coffrage à des charges très élevées. Par exemple : Au-delà de 6 m de hauteur, il est plus difficile de vibrer le béton avec un vibrateur à aiguilles normalement utilisé sur site. C’est pourquoi on utilise des vibrateurs externes muraux dont le positionnement doit être correctement étudié. (voir question n° 9).

1.	What is the maximum admissible filling height

2.- Quel facteur a le plus d’impact sur la finition du béton ?

Parfois, une fois le panneau décoffré, des taches de différentes teintes ou des “petits trous” peuvent apparaître dans la finition du béton. Il peut y avoir plusieurs raisons à cela. Les taches sont souvent causées par l’utilisation d’un agent de décoffrage de mauvaise qualité ou inadéquat, provoquant des réactions avec le béton à certains endroits. Les petits trous ou fissures, en revanche, sont principalement dus à une vibration mal exécutée ou à un mauvais choix de béton. Ces deux effets peuvent également être causés par un nettoyage inadéquat du coffrage.

En général, pour des finitions architecturales ou accrocheuses, il est conseillé d’utiliser des panneaux à finition phénolique, car celle-ci présente une finition brillante en raison de sa surface à très faible porosité.

Cokéfaction due à une mauvaise vibration
Illustration 1 : Cokéfaction due à une mauvaise vibration
Taches d'agent de décoffrage
Illustration 2 : Taches d'agent de décoffrage
Mur exposé, finition phénolique
Illustration 3 : Mur exposé, finition phénolique

3.- Est-il possible de manipuler manuellement les coffrages verticaux ?

Les coffrages muraux peuvent être divisés en trois grandes catégories : manuels, légers et robustes.

  • Coffrage léger : Il s’agit de panneaux à ossature métallique, dont le poids ne dépasse généralement pas 20 kg/m². Ces coffrages sont manipulables, mais présentent l’inconvénient d’être moins résistants à la pression du béton “environ 40kN/m²”, et ont une durée de vie plus courte. Ils sont principalement utilisés dans les pays où l’utilisation des grues est encore faible ou pour des solutions de construction où les grues ne sont pas disponibles.
  • Coffrage manuel : ces panneaux se situent entre la robustesse et la légèreté, combinant les facteurs qui définissent l’une et l’autre, pesant généralement entre 30 et 60 kg/m² et leur conférant une manuportabilité, et résistant généralement à des pressions comprises entre 40 et 80 kN/m²
  • Coffrage robuste : Les panneaux “robustes” sont des panneaux conçus pour être soumis à de lourdes charges, et ne peuvent généralement être manipulés que par des moyens de levage mécaniques. Ces panneaux ont généralement un poids supérieur à 60 kg/m².

 

4.- Quel est l’équipement standard de coffrage vertical pour un site ?

Souvent, lors de la planification d’un nouveau site, la question familière se pose : de combien de mètres carrés de coffrage ai-je besoin pour réaliser mon projet ?

Il est difficile, voire impossible, de définir un équipement standard pour chaque site. Chaque projet a ses propres particularités. Il est toutefois possible de définir les critères permettant d’identifier l’équipement optimal pour chaque site :

  • Nombre d’opérateurs : Tout d’abord, il est important de définir le nombre d’opérateurs et d’équipes qui s’occuperont du coffrage. Sur les grands sites, un plus grand nombre d’équipes d’ouvriers sont employées simultanément, d’où la nécessité d’avoir une équipe de coffrage pour chaque équipe.
  • Nombre de grues : Il faut veiller à ce que l’équipement de coffrage ne soit pas surdimensionné par rapport au nombre de grues sur le site. Il y a parfois un risque de ralentissement de la production, parce que l’équipement de coffrage est plus grand que la capacité de manutention sur le site.

Temps de production sur site : Il est clair que la construction des murs doit être réalisée dans un temps qui dans des conditions normales, peut être facilement contrôlé. Toutefois, il est vrai que sur certains sites, les temps exigés par le promoteur obligent à réduire ces délais, de sorte que le nombre d’ouvriers et d’équipes de coffrage sur le site devra être augmenté.

the useful life of metal formwork with phenolic resin as formwork surface

5.- Quelle est la durée de vie d’un coffrage métallique dont la surface de coffrage est phénolique ?

La durabilité d’un coffrage de murs dépend essentiellement de 3 variables :

  • Matériel de coffrage : La durée de vie du cadre est différente selon le matériau et sa qualité, les matériaux choisis pour définir le coffrage industrialisé sont généralement l’aluminium ou l’acier. L’aluminium est un matériau moins résistant aux chocs et a donc une durée de vie plus courte que l’acier.
  • Qualité et protection : La qualité et la protection du cadre influencent sa durée de vie. Les cadres en acier galvanisé garantissent une durée de vie plus longue que les cadres peints ou galvanisés.
  • Utilisation sur site : L’utilisation sur site est bien sûr un facteur important qui a un impact direct sur la durée de vie du matériau. Le site de construction est un lieu où le coffrage est exposé aux chocs et aux conditions climatiques extrêmes. Le traitement, le climat et l’entretien ont une influence décisive sur la durabilité du coffrage.

Ingénieur en Bâtiment, il travaille avec le Groupe Alsina depuis près de 17 ans. Il est responsable des systèmes modulaires et collabore avec le département de numérisation et d'amélioration et continue à développer des applications pour le groupe Alsina. Sa carrière professionnelle comprend la gestion et l'accompagnement de projets au niveau international.
Alejandro Pardo Medina
Les derniers articles par Alejandro Pardo Medina (tout voir)

    Cet article vous a-t-il aidé ? Voulez-vous en savoir plus ? Contactez-nous !

      Position:

      *Champs obligatoires

      Articles Similaires