Les meilleures méthodes pour réparer un coffrage de murs

1

Vous avez acheté des coffrages de murs (panneaux) et vous avez besoin de savoir comment les entretenir et les réparer ?

Vous cherchez des conseils pour les faire durer le plus longtemps possible ?

Examinons les mesures les plus courantes et les plus efficaces pour prendre soin de vos panneaux !

Les coffrage de murs sont des éléments en acier (ou en aluminium) pour le bétonnage des murs verticaux. Le cadre en acier est généralement galvanisé ou peint.

Normalement, ces coffrages sont couverts d’un panneau de contreplaqué recouvert d’un film spécial (phénolique) pour empêcher le béton de coller. Dans certains cas exceptionnels, on peut également trouver des revêtements en plastique ou en métal, mais dans cet article, nous ne parlerons que des panneaux avec un revêtement en contreplaqué, qui est sans aucun doute la solution la plus utilisée.

Pourquoi est-il important de savoir comment réparer et entretenir un coffrage de murs ?

Durabilité et réutilisation

Le coffrage de murs est un élément modulaire dont la durée de vie est assez longue. Vous pouvez les utiliser pendant de nombreuses années, en fonction du niveau de soin apporté au matériau sur place et de l’entretien effectué au fil des ans.

L’élément le plus faible du coffrage est le revêtement en contreplaqué phénolique, auquel il faut prêter plus d’attention tant lors de la mise en œuvre que lors de la phase de maintenance/réparation.

Étant donné que l’achat de ces systèmes nécessite des investissements importants, il est très important d’effectuer une maintenance continue, afin de pouvoir amortir l’investissement sur la période la plus longue possible, c’est pourquoi je vous recommande de commencer la maintenance dès l’achat, qu’il s’agisse d’équipements neufs ou d’occasion.

 

Nettoyage du cadre et du phénolique

Quelles actions devez-vous entreprendre pour maintenir le coffrage propre avant, pendant et après un site de construction ?

1.- La première action à entreprendre, avant d’utiliser le matériel, est de vérifier qu’il présente les qualités requises pour l’utilisation (propre et graissé), sinon il faudra corriger.

2.- La deuxième action, lors de l’utilisation sur site, consiste à nettoyer/minimiser le coulis sur les parties métalliques et phénoliques ainsi qu’à graisser la partie phénolique chaque fois que le béton est coulé avec un agent de démoulage.

3.- La troisième action après utilisation, lorsque le coffrage est retourné d’un site pour être stocké jusqu’à une nouvelle utilisation, consiste à nettoyer le cadre et le phénolique. Les panneaux “respirent” le béton et le béton s’y colle, ce qui est tout à fait normal.

Comment nettoyer le cadre en enlevant les fragments de béton qui y adhèrent ?

Vous pouvez avoir différents degrés d’adhérence du béton sur les 2 côtés du panneau, et en fonction de la quantité de fragments de béton, vous pouvez utiliser une méthode ou une autre pour le nettoyage.

Cette classification peut être divisée en 3 catégories :

1.- Panneau extrêmement sale : dans ce cas, il y a 3 phases à réaliser :

  • Première phase de l’outil de martelage pneumatique à main qui enlève le béton épais de chaque côté du panneau, en allant en profondeur dans les endroits difficiles à atteindre et en traversant les trous pour les vis bouchées.
  • Deuxième phase avec un hydro-nettoyeur pour nettoyer les débris et les coulis adhérents (hors partie phénolique). Il s’agit d’un nettoyage par jet d’eau à très haute pression utilisant des machines hydrodynamiques spéciales. Ce procédé permet d’enlever les fragments de béton sans trop d’effort, bien qu’il soit plus lent sur la face intérieure du panneau. La pression à utiliser sur la structure en acier est de 1 000 bars.
  • Si cela s’avère nécessaire pour diverses raisons d’adhérence, une troisième phase avec un meulage abrasif et l’élimination des résidus finaux peut être nécessaire. La meuleuse fonctionne en « lissant » le cadre, puis en enlevant les résidus de béton. Ce procédé a l’avantage d’utiliser une machine moins coûteuse, moins lourde et de ne pas consommer d’eau. En revanche, il s’agit d’un procédé dont l’impact est plus important en termes de poussières en suspension dans l’air.

 

2.- Panneau moyennement souillé : Il comprendrait la deuxième étape indiquée ci-dessus, avec quelques retouches dans les zones de vis traversantes avec un outil de première phase.

3.- Panneau peu sale : Seul l’outil de deuxième phase (hydro-nettoyeur) serait nécessaire.

 

Il est important de noter que ces 3 classifications ne comprennent pas les matériaux oxydés qui doivent passer par une salle de grenaillage et être ensuite recyclés avec de la peinture.

Récupération du phénolique

L’étape suivante après le nettoyage du cadre est la réparation du revêtement en contreplaqué phénolique. Le panneau phénolique est la partie la plus délicate du coffrage, et donc celle qui subit le plus d’usure. Il est généralement constitué d’un panneau de contreplaqué recouvert d’un film phénolique avec une résine protectrice, qui garantit son étanchéité.

L’utilisation du coffrage sur le site entraîne souvent une usure ou une abrasion de la feuille phénolique, qui peut se déchirer et être remplacée en cas de rupture grave ou d’usure excessive.

Il s’agit donc bien de la partie du coffrage à laquelle il faut prêter attention.

Il existe principalement 2 méthodes pour la réparation des panneaux phénoliques :

  • Mastic polyester : c’est une excellente solution pour les fissures mineures et/ou de forme irrégulière. Il permet une réparation rapide et efficace en termes d’adhérence au panneau, sans laisser de traces qui seraient visibles lors du bétonnage suivant. L’application doit se faire sur une surface très propre et sèche.
  • Patch en bois : pour les trous de petite/moyenne taille, il existe des méthodes de réparation avec des bouchons en bois plaqué du même type phénolique, prédécoupés à la taille. Une fraiseuse à bois spéciale est utilisée pour donner la forme correcte à l’alésage et, en même temps, le bouchon d’étanchéité de taille appropriée est inséré dans l’alésage. Avec ce procédé, il est possible de fermer des trous d’un diamètre allant jusqu’à 6 cm, ou des cassures d’une longueur encore plus grande (déconseillé avec le profilé métallique principalement dans les zones angulaires ou les dommages longitudinaux causés par le traînage sur le sol ou le contact avec des parties de l’armature).

Remplacement du phénolique

Si le panneau phénolique est trop endommagé, il doit être remplacé. Avant le remplacement, il convient de vérifier l’état de la face arrière du panneau, car elle est souvent en très bon état, de sorte que vous pouvez simplement la retourner pour utiliser la face arrière. Vérifiez qu’il ne présente pas trop de dommages pour être utilisable, comme un perçage excessif, un écaillage ou des parties éclatées perçant la face utilisable.

Qu’il s’agisse d’un remplacement ou d’une rotation, le processus consiste à retirer les vis qui fixent le contreplaqué au cadre, à installer le nouveau contreplaqué et à remplacer les vis dans le cadre (ne modifiez jamais le nombre de vis indiqué sur le dessin du produit).

Enfin, il est important d’appliquer du silicone sur tout le bord périphérique du panneau au niveau de la connexion avec le cadre, afin de le rendre étanche et d’éviter l’humidité dans le bois.

Réparation du cadre

L’utilisation des panneaux sur le site entraîne inévitablement une usure, qui peut provoquer des bosses, de la rouille, des trous, des coupures et une flexion du cadre lui-même.

  • Bosses : Réparer les bosses du cadre n’est pas toujours simple, mais pour les dommages qui ne sont pas trop importants, c’est possible avec une action “manuelle”, et en utilisant un marteau ou des outils similaires.
  • Alésahes : jusqu’à Ø50 mm peuvent, ils peuvent être réparés par soudage.
  • Coupures : selon qu’elles sont droites, obliques ou qu’il manque une partie du cadre, décidez de les réparer ou de les mettre au rebut.
  • Oxydation : l’oxydation est un processus dû à l’action de l’air, de l’eau et de l’humidité sur les métaux sans revêtement de protection. Comme les panneaux sont continuellement exposés aux agents atmosphériques, il est normal que des zones rouillées se forment avec le temps, même s’ils sont galvanisés. Lorsqu’un panneau est rouillé, le procédé le plus efficace consiste à le sabler, à le décaper et à le re-galvaniser (et à le repeindre), afin de le rendre à l’abri de la rouille. Il est très important d’effectuer un contrôle exhaustif de l’éventuelle perforation due à la rouille de toute partie du cadre métallique qui pourrait provoquer un affaissement ou une déformation dans l’exécution du coffrage sur le site. Dans ce cas, mettez le panneau au rebut.
  • Pliage du cadre : si le panneau a subi un pliage du cadre à tel point que la verticalité du bétonnage n’est plus garantie, il est nécessaire de le rectifier. Il s’agit d’un processus important pour éviter les “distorsions” dans le bétonnage du mur, et donc pour garantir les tolérances minimales requises en charpenterie. Le meulage ne peut être effectué que dans des centres spéciaux avec des machines adaptées.
    En cas de flexion du cadre ou de désalignement des diagonales, il ne sera pas possible d’y remédier en le mettant au rebut.

 

J’espère que vous avez maintenant une idée des différentes actions qui peuvent ou doivent être prises lors de l’entretien des panneaux de coffrage de mur, bien que ce sujet nécessite probablement une étude plus approfondie.

Il fait partie du Groupe Alsina depuis 2005 en tant que responsable du Département de Production.
Lluis Vallmitjana Palau
Les derniers articles par Lluis Vallmitjana Palau (tout voir)

    Cet article vous a-t-il aidé ? Voulez-vous en savoir plus ? Contactez-nous !

      Position:

      *Champs obligatoires

      Articles Similaires